Aller vers le contenu
  1. Accueil
  2. Maladies rares
  3. Recherche
Recherche simple

Recherche simple

*
(*) Champ obligatoire





 

Autre(s) option(s)

Syndrome de Marfan

Numéro Orphanet ORPHA558
Synonyme(s) MFS
Prévalence 1-5 / 10 000
Hérédité
  • Autosomique dominant
Âge d'apparition Variable
CIM-10
  • Q87.4
OMIM
UMLS
  • C0024796
MeSH
  • D008382
MedDRA
  • 10026829
SNOMED CT
  • 19346006

Résumé

Le syndrome de Marfan (MFS) est une maladie systémique du tissu conjonctif qui se caractérise par une combinaison variable de manifestations cardiovasculaires, musculo-squelettiques, ophtalmologiques et pulmonaires.

Sa prévalence est estimée à 1/5 000. La maladie touche les deux sexes indifféremment.

Les symptômes peuvent apparaître à tout âge et sont très variables d'une personne à l'autre y compris dans une même famille. L'atteinte cardiovasculaire se caractérise par 1) une dilatation progressive de l'aorte s'accompagnant d'un risque élevé de dissection aortique qui conditionne le pronostic ; la dilatation aortique peut entrainer une fuite valvulaire aortique; et 2) une insuffisance mitrale qui peut se compliquer (arythmies, endocardite, insuffisance cardiaque). Les signes squelettiques sont souvent des signes d'appel et peuvent comprendre une dolichosténomélie (longueur excessive des extrémités), une grande taille, une arachnodactylie, une hypermobilité articulaire, une déformation scoliotique, une protrusion acétabulaire, une déformation du thorax en pectus carinatum ou en pectus excavatum, une dolichocéphalie en axe antéropostérieur, un micrognathisme ou une hypoplasie malaire. L'atteinte ophtalmologique comporte une myopie axile qui peut favoriser un décollement rétinien et un déplacement du cristallin (ectopie ou luxation, signe caractéristique). Les complications oculaires, essentiellement l'ectopie du cristallin, peuvent conduire à la cécité. Il peut également exister des signes cutanés (vergetures), un risque de pneumothorax, et une ectasie durale.

Dans l'immense majorité des cas, le syndrome de Marfan est dû à des mutations du gène FBN1 (15q21) qui code pour la fibrilline-1, une protéine essentielle du tissu conjonctif. Des formes frontières sont reconnues qui sont notamment secondaires aux mutations du gène TGFBR2 localisé sur le chromosome 3, codant pour un récepteur du TGF-béta.

Le diagnostic se base sur les signes cliniques et les antécédents familiaux. Cependant, du fait d'un tableau clinique extrêmement variable entre les patients, le diagnostic est souvent difficile à établir. Pour l'améliorer, des critères diagnostiques internationaux ont été établis (les critères de Ghent) basés sur des signes cliniques majeurs et/ou mineurs.

Le diagnostic différentiel inclut le syndrome MASS, le syndrome de Shprintzen-Goldberg, le prolapsus valvulaire mitral, le syndrome Ehlers-Danlos et d'autres maladies présentant un anévrysme de l'aorte comme le syndrome de Loeys-Dietz (voir ces termes).

Le diagnostic prénatal génétique est possible chez les familles chez lesquelles la mutation a été identifiée.

La transmission est autosomique dominante. Quelques cas sporadiques ont été rapportés. Une personne atteinte présente un risque de 50% de transmission de la mutation responsable de la maladie.

La prise en charge se doit d'être multidisciplinaire avec consultation de différents spécialistes (cardiologues, généticiens, rhumatologues, ophtalmologues, pédiatres et radiologues). Son objectif est de limiter la dilatation aortique (béta-bloquants, limitation des sports) et de surveiller l'aorte de façon régulière (échocardiographies annuelles) afin de proposer un remplacement de la racine aortique avant qu'une dissection ne survienne. Des solutions chirurgicales peuvent également être proposées pour les anomalies squelettiques (stabilisation de la colonne vertébrale en cas de scoliose, réparation des déformations thoraciques) et oculaires (laser, remplacement du cristallin luxé). Le traitement est sinon symptomatique.

L'atteinte aortique conditionne le pronostic de la maladie. Avec un suivi régulier et une prise en charge adéquate, les patients présentent une espérance de vie proche de celle de la population générale puisque l'espérance de vie a augmenté de 30 ans au cours des 30 dernières années.

Editeur(s) expert(s)

  • Pr Guillaume JONDEAU

(*) champs obligatoires

Attention, seules les contributions pour améliorer la qualité des informations du site sont attendues. Pour tout autre type de message, merci d'utiliser nous contacter. Seuls les commentaires écrits en anglais ou en français pourront être traités.


Captcha image

Informations supplémentaires

Information résumée
Conduite à tenir en urgence
  • FR (2012,pdf)
  • EN (2007,pdf)
  • ES (2007,pdf)
  • PT (2007,pdf)
  • IT (2007,pdf)
  • DE (2014,pdf)
Conduite à tenir pour l'anesthésie
  • EN (2013,pdf)
Recommandations pour la pratique clinique
  • FR (2008,pdf)
Critères diagnostiques
  • EN (2010,pdf)
  • FR (1996,pdf)
Génétique pratique
  • EN (2007,pdf)
Article pour tout public
  • FR (2006,pdf)
Revue de génétique clinique
  • EN (2014)
Get Acrobat Reader
Toutes les informations et documents contenus dans ce site sont fournis uniquement à titre d'information. Ils ne visent en aucun cas à remplacer un avis médical spécialisé et ne doivent pas être utilisés comme base pour le diagnostic ou le traitement.