Aller vers le contenu
  1. Accueil
  2. Maladies rares
  3. Recherche
Recherche simple

Recherche simple

*
(*) Champ obligatoire





 

Autre(s) option(s)

Cancer du poumon à petites cellules

ORPHA70573
Synonyme(s) -
Prévalence 1-5 / 10 000
Hérédité Non applicable
Âge d'apparition Adulte
CIM-10
  • C34
OMIM
UMLS -
MeSH -
MedDRA -

Résumé

Le cancer du poumon à petites cellules (CPPC) est une forme très maligne de carcinome bronchogénique qui survient le plus souvent dans une localisation centrale du poumon, dans une bronche principale. La prévalence moyenne est estimée à 1/20 000. Le CPPC touche essentiellement des personnes d'âge moyen (27-66 ans) avec des antécédents tabagiques. Chez environ 70% des patients avec CPPC, la maladie s'étend au-delà du thorax. Les signes et les symptômes incluent douleurs à la poitrine, dyspnée, toux et respiration sifflante. L'implication d'organes voisins peut provoquer enrouement, dysphagie, et syndrome de la veine cave supérieure (obstruction de la circulation sanguine à travers la veine cave supérieure). Des symptômes associés à des métastases distantes peuvent aussi être présents. L'exposition à la fumée et à des radiations sont des facteurs de risques qui agissent en synergie ; l'exposition à un agent industriel chlorométhyl éther (Bis) est aussi associée au CPPC. La radiographie pulmonaire a une sensibilité limitée, qui ne permet pas la détection précoce du CPPC. Les anomalies radiographiques doivent faire l'objet d'autres investigations - le plus souvent par tomographie - le diagnostic final étant donné par l'analyse de biopsie. Des patients avec CPPC sont habituellement traités par irradiation et/ou chimiothérapie. La chimiothérapie combinée est plus efficace que la chimiothérapie avec un seul agent pour améliorer la survie des patients, qu'ils soient atteints de CPPC étendu ou limité au thorax. L'irradiation craniale prophylactique (PCI) peut être envisagée, car le risque de développer des métastases du système nerveux central dans les 2 ou 3 années suivant le traitement est élevé. Le cancer du poumon à petites cellules est la plus agressive des tumeurs pulmonaires, avec un taux de survie à 5 ans de 1-5% et une survie moyenne d'environ 6-10 mois.


(*) champs obligatoires

Attention, seules les contributions pour améliorer la qualité des informations du site sont attendues. Pour tout autre type de message, merci d'utiliser nous contacter. Seuls les commentaires écrits en anglais ou en français pourront être traités.


Captcha image

Informations supplémentaires

Article de synthèse
  • IT (2007)
  • EN (2007)
Recommandations pour la pratique clinique
  • EN (2013)
  • FR (2013)
Article pour tout public
  • IT (2007)
Get Acrobat Reader
Toutes les informations et documents contenus dans ce site sont fournis uniquement à titre d'information. Ils ne visent en aucun cas à remplacer un avis médical spécialisé et ne doivent pas être utilisés comme base pour le diagnostic ou le traitement.