Aller vers le contenu
  1. Accueil
  2. Maladies rares
  3. Recherche
Recherche simple

Recherche simple

*
(*) Champ obligatoire





 

Autre(s) option(s)

Hypophosphatasie

Numéro Orphanet ORPHA436
Synonyme(s) HPP
Maladie de Rathburn
Phosphoéthanolaminurie
Prévalence Inconnu
Hérédité Autosomique dominant
Autosomique récessif
Âge d'apparition Tout âge
CIM-10
  • E83.3
ICD-O -
OMIM
UMLS
  • C0020630
MeSH
  • D007014
MedDRA
  • 10049933
SNOMED CT
  • 190859005
  • 360792001

Résumé

L'hypophosphatasie est une maladie héréditaire rare caractérisée par un déficit de la minéralisation osseuse et dentaire et un déficit de l'activité de la phosphatase alcaline du sérum. Sa prévalence est de l'ordre de 1/100 000 pour les formes les plus sévères. La maladie présente une variabilité clinique très importante allant de la forme létale à la naissance sans minéralisation osseuse à la chute prématurée des dents sans atteinte osseuse. En fonction de l'âge au diagnostic, six formes cliniques sont définies : périnatale (létale), périnatale bénigne, infantile, juvénile, adulte, et odontohypophosphatasie. Dans la forme périnatale létale, les patients présentent un sévère déficit de la minéralisation in utero. Dans la forme prénatale bénigne, ces symptômes régressent spontanément. Les symptômes cliniques de la forme infantile incluent des complications respiratoires, une craniosynostose prématurée, une déminéralisation étendue, et un rachitisme des métaphyses. La forme juvénile est caractérisée par des malformations squelettiques, une petite taille et des troubles de la démarche (démarche dandinante). La forme adulte est caractérisée par des fractures de stress, des douleurs au niveau des cuisses, une chondrocalcinose et une ostéoarthropathie sévère. L'odontohypophosphatasie est caractérisée par une exfoliation précoce des dents primaires possédant des racines et/ou des caries dentaires graves, mais n'est généralement pas associée à des malformations squelettiques. La maladie est due à des mutations du gène de la phosphatase alcaline des foie/os/rein (ALPL) codant pour la phosphatase alcaline non tissu-spécifique (TNAP). Le diagnostic repose sur le dosage de l'activité de la phosphatase alcaline sérique et sur le séquençage de l'ADN au niveau du gène ALPL. L'activité de la phosphatase alcaline (PA) sérique est fortement réduite chez les patients atteints d'hypophosphatasie, tandis que la phosphoéthanolamine, mesurée dans les urines, est augmentée. Dans les formes sévères d'hypophosphatasie (périnatale et infantile), le séquençage de l'ADN permet de détecter 95 % des mutations. Le conseil génétique est difficile étant donnée la variabilité du mode de transmission (autosomique dominant ou autosomique récessif), l'existence de formes prénatales bénignes atypiques et la pénétrance incomplète de la maladie. Le diagnostic prénatal de l'hypophosphatasie sévère est possible en recherchant les mutations du gène après biopsie du trophoblaste. Il n'existe pas de traitement curatif mais des traitements symptomatiques tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou la tériparatide qui ont montré des effets bénéfiques chez les patients. La thérapie par enzyme de remplacement est un défi prometteur pour les prochaines années.

Editeur(s) expert(s)

  • Etienne MORNET

(*) champs obligatoires

Attention, seules les contributions pour améliorer la qualité des informations du site sont attendues. Pour tout autre type de message, merci d'utiliser nous contacter. Seuls les commentaires écrits en anglais ou en français pourront être traités.


Captcha image

Informations supplémentaires

Article de synthèse
  • EN (2007)
Guide pour le test génétique
  • EN (2013,pdf)
Revue de génétique clinique
  • EN (2011)
Get Acrobat Reader
Toutes les informations et documents contenus dans ce site sont fournis uniquement à titre d'information. Ils ne visent en aucun cas à remplacer un avis médical spécialisé et ne doivent pas être utilisés comme base pour le diagnostic ou le traitement.