Aller vers le contenu
  1. Accueil
  2. Maladies rares
  3. Recherche
Recherche simple

Recherche simple

*
(*) Champ obligatoire





 

Autre(s) option(s)

Neuropathie optique héréditaire de Leber

Numéro Orphanet ORPHA104
Synonyme(s) Atrophie optique de Leber
LHON
Prévalence 1-9 / 100 000
Hérédité Hérédité mitochondriale
Âge d'apparition Adulte
Adolescence
CIM-10
  • H47.2
ICD-O -
OMIM
UMLS -
MeSH -
MedDRA -

Résumé

La neuropathie optique héréditaire de Leber désigne un dysfonctionnement du nerf optique provoqué par des mutations sur l'ADN mitochondrial (ADNmt) et se transmet selon un mode non mendélien ou maternel. Cependant, les formes sporadiques et les cas isolés sont nombreux.

La prévalence est estimée à 1/50 000.

Cette maladie débute, en général, chez l'adulte jeune, l'âge moyen de survenue se situant entre 18 et 35 ans. La diminution d'acuité visuelle n'affecte, en général, qu'un seul oeil au début et peut être soit soudaine, conduisant à une acuité inférieure à 20/400 en moins d'une semaine, ou progressive en 2 à 3 mois. L'autre oeil est affecté par la suite. L'examen du fond d'oeil met souvent en évidence un pseudo-oedème du disque et une hyperémie, une dilatation des artérioles, une tortuosité vasculaire, et des télangiectasies péripapillaires. Bien que la diminution de l'acuité visuelle soit habituellement la seule manifestation, des anomalies cardiaques, neurologiques ou squelettiques ont été rapportées.

L'atrophie optique semble être liée à un dysfonctionnement de la chaîne respiratoire provoqué par des mutations sur l'ADNmt. Plus de 15 mutations de l'ADNmt ont été observées dans cette pathologie, et au moins 5 d'entre elles correspondent à des « mutations primaires », car elles suffisent à provoquer la maladie. Les principales mutations primaires de l'ADNmt concernent des gènes codant pour des sous-unités des complexes I et III de la chaîne respiratoire mitochondriale. D'autres mutations, connues comme étant des « mutations secondaires », car elles sont usuellement associées à des mutations primaires, pourraient modifier l'évolution et l'expression cliniques de la maladie. Des facteurs épigénétiques ou toxiques pourraient jouer un rôle dans la pathogénie.

Il n'existe actuellement aucun traitement efficace pour cette pathologie.

Editeur(s) expert(s)

  • Dr Christophe ORSSAUD

(*) champs obligatoires

Attention, seules les contributions pour améliorer la qualité des informations du site sont attendues. Pour tout autre type de message, merci d'utiliser nous contacter. Seuls les commentaires écrits en anglais ou en français pourront être traités.


Captcha image

Informations supplémentaires

Information résumée
Recommandations pour la pratique clinique
  • DE (2012)
Article pour tout public
  • FR (2009,pdf)
Revue de génétique clinique
  • EN (2013)
Get Acrobat Reader
Toutes les informations et documents contenus dans ce site sont fournis uniquement à titre d'information. Ils ne visent en aucun cas à remplacer un avis médical spécialisé et ne doivent pas être utilisés comme base pour le diagnostic ou le traitement.