Aller vers le contenu
  1. Accueil
  2. Maladies rares
  3. Recherche
Recherche simple

Recherche simple

*
(*) Champ obligatoire





 

Autre(s) option(s)

Maladie de Refsum

Numéro Orphanet ORPHA773
Synonyme(s) Déficit en phytanoyl-CoA dioxygénase
Hérédopathie ataxique polynévritique
Neuropathie sensitivo-motrice héréditaire type 4
Prévalence 1-9 / 1 000 000
Hérédité
  • Autosomique récessif
Âge d'apparition Enfance
CIM-10
  • G60.1
OMIM
UMLS
  • C0034960
MeSH
  • D012035
MedDRA
  • 10038275
SNOMED CT
  • 25362006

Résumé

La maladie de Refsum fait partie du groupe des leucodystrophies et se caractérise sur le plan biochimique par une accumulation d'acide phytanique. La prévalence de la maladie est de 1 cas pour 1 000 000 ; les deux sexes sont atteints. Les premiers signes apparaissent généralement vers 15 ans, mais ils peuvent survenir dès l'enfance ou vers 30-40 ans. Le symptôme le plus précoce est une héméralopie (baisse de la vision nocturne), puis survient une polyneuropathie distale motrice chronique évoluant par poussées. Il s'y associe une surdité de perception, une anosmie, une ataxie cérébelleuse, parfois un déficit intellectuel. Au cours de l'évolution, apparaissent des signes cutanés (ichtyose), des dysplasies polyépiphysaires et une myocardiopathie. Il existe une hyperprotéinorachie et une rétinite pigmentaire pouvant conduire à la cécité. La maladie de Refsum se transmet sur le mode récessif autosomique, elle est due à l'accumulation d'acide phytanique (acide 3,7,11,15-tetramethylhexadecanoïque) causant des lésions essentiellement dans la rétine, le cerveau et le système nerveux périphérique. Dans la majorité des cas, la maladie est due à une mutation du gène PHYH (ou PAXH, localisé en 10pter-p11.2) qui code pour une enzyme péroxysomale, la phytanoyl-CoA hydroxylase (PhyH), qui oxyde en alpha l'acide phytanique et permet la première étape de sa dégradation. Une autre mutation a récemment été identifiée dans le gène PEX7, localisé en 6q22-24. Celui-ci code pour la protéine péroxine 7, récepteur permettant d'importer (entre autres) la PhyH dans les péroxysomes. Le diagnostic est affirmé par la mise en évidence d'acide phytanique dans le plasma et dans les urines. Le dépistage des hétérozygotes est possible. Cet acide phytanique ne se trouve que dans l'alimentation (légumes verts et donc également animaux herbivores) ; de ce fait, le régime permet de faire régresser en partie la symptomatologie. Cependant, l'altération de l'audition et de la vision peut persister ainsi que l'anosmie.

Editeur(s) expert(s)

  • Dr Nicole BAUMANN
  • Dr J TURPIN

(*) champs obligatoires

Attention, seules les contributions pour améliorer la qualité des informations du site sont attendues. Pour tout autre type de message, merci d'utiliser nous contacter. Seuls les commentaires écrits en anglais ou en français pourront être traités.


Captcha image

Informations supplémentaires

Recommandations pour la pratique clinique
  • DE (2008)
Génétique pratique
  • EN (2013,pdf)
Article pour tout public
  • FR (2013,pdf)
Focus Handicap
  • FR (2014,pdf)
Revue de génétique clinique
  • EN (2010)
Get Acrobat Reader
Toutes les informations et documents contenus dans ce site sont fournis uniquement à titre d'information. Ils ne visent en aucun cas à remplacer un avis médical spécialisé et ne doivent pas être utilisés comme base pour le diagnostic ou le traitement.