Aller vers le contenu
  1. Accueil
  2. Maladies rares
  3. Recherche
Recherche simple

Recherche simple

*
(*) Champ obligatoire





 

Autre(s) option(s)

Trypanosomiase américaine

Numéro Orphanet ORPHA3386
Synonyme(s) Maladie de Chagas
Trypanosomose américaine
Prévalence 1-9 / 1 000 000
Hérédité Non applicable
Âge d'apparition Adulte
CIM-10
  • B57.0
  • B57.1
  • B57.2
  • B57.3
  • B57.4
  • B57.5
ICD-O -
OMIM -
UMLS
  • C0041234
MeSH -
MedDRA
  • 10001935
SNOMED CT
  • 77506005

Résumé

La trypanosomiase américaine ou maladie de Chagas est une parasitose strictement américaine due à un protozoaire flagellé : Trypanosoma cruzi. Elle touche environ 16 à 18 millions de personnes dans les zones endémiques d'Amérique Latine, du Texas au Nord de l'Argentine, le Brésil concentrant 40% des cas. T. cruzi est transmis par plusieurs espèces de punaises qui infestent les habitations pauvres des zones rurales (toits et murs en torchis ou chaume) et piquent la nuit. Les parasites sont évacués dans leurs déjections, et pénètrent par les muqueuses ou la peau lésée par grattage. Le parasite est aussi transmissible par transfusion ou transplantation et de la mère à l'enfant via le placenta ou l'allaitement. Après une multiplication locale le parasite gagne par voie sanguine les organes cibles, principalement les plexus nerveux cardiaque ou intestinaux. La phase aiguë suivant l'infection est généralement asymptomatique, mais elle peut entraîner fièvre, malaise, myalgies, céphalées, et une lésion d'aspect furonculoïde (le chagome) située surtout au niveau de la tête. La pénétration du parasite par voie oculaire entraîne la formation d'un complexe oculo-ganglionnaire pathognomonique connu sous le nom de «signe de Romaña» : oedème des paupières peu douloureux avec ganglions satellites et parfois une conjonctivite. Ce stade peut être mortel pour les jeunes enfants (par oedème cérébral), mais le plus souvent les symptômes disparaissent spontanément en 4 à 8 semaines. Chez plus d'un tiers des personnes infectées, une phase chronique apparaît après 10 à 30 ans de latence, entraînant des lésions irréversibles principalement cardiaques (20 à 40%), digestives (mégaoesophage et mégacôlon surtout dans 6 à 15% des cas) ou neurologiques (3%). Cette forme chronique définie entraîne un risque d'encéphalopathie chronique et de mort subite. Le diagnostic repose sur la mise en évidence des trypanosomes dans le sang en phase aiguë ou sur la sérologie. Le traitement de la phase aiguë fait appel au nifurtimox ou au benznidazole. Les cardiopathies chroniques et les mégaorganes nécessitent une prise en charge adaptée. La prophylaxie repose sur la lutte anti-vectorielle et l'amélioration de l'habitat.

Editeur(s) expert(s)

  • Dr Luc PARIS

(*) champs obligatoires

Attention, seules les contributions pour améliorer la qualité des informations du site sont attendues. Pour tout autre type de message, merci d'utiliser nous contacter. Seuls les commentaires écrits en anglais ou en français pourront être traités.


Captcha image
Toutes les informations et documents contenus dans ce site sont fournis uniquement à titre d'information. Ils ne visent en aucun cas à remplacer un avis médical spécialisé et ne doivent pas être utilisés comme base pour le diagnostic ou le traitement.